< link rel="DCTERMS.isreplacedby" href="http://swissroll.info/" >

13.7.04

Délit de non-intervention

Lors d'agressions dans des lieux publics, on ne manque jamais de relever la non intervention du public qui se contente du rôle de spectateurs. On parle de lâcheté. Mais, si on voulait être plus fin, ne pourrait-on pas l'interpréter comme la rançon d'un paroxysme de l'individualisme - une valeur des plus nobles en Occident lorsqu'elle n'est pas absolutisée.

La non-intervention viendrait de l'absence d'un lien social suffisant, ce qui aurait pour conséquence un processus mental en forme de cercle vicieux: en tant que spectateur enfermé dans ma singularité, je suis incapable de tabler sur une intervention de chaque autre spectateur pris individuellement, donc je ne réalise pas qu'on est plus forts que les agresseurs. Et je me retrouve d'autant plus seul face à ce qui est perpétré devant moi. Cela n'en est pas une excuse pour autant.

Mise à jour de 22h: quand j'ai écrit ce billet, j'ignore ce qui m'a pris de ne pas mentionner ce qui l'a inspiré: la fameuse agression antisémite du RER dont la France s'est tant émue. Aujourd'hui, on apprend que la prétendue victime a avoué avoir menti. Le fait d'avoir donné dans la généralité m'aura sauvé l'honneur...



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?